Candidat à la présidence de la CAF : Me Augustin Senghor décline ses ambitions

Pour l’élection du président de la Confédération africaine de football (CAF) du 12 mars 2021, il faudra bien compter avec Me Augustin Senghor. L’actuel président de la Fédération sénégalaise de football (Fsf) a tenu, lundi, un point de presse pour décliner ses ambitions.

«Après une profonde remise en cause entamée à partir de 2017, après le départ de Issa Hayatou et l’élection du président Ahmad à la tête de la Caf, j’ai décidé d’aller résolument sur le terrain où les différences positives et qualitatives  se font en ayant la ferme résolution d’être de ceux par qui les grands bonds du football africain se réaliseront». Telles sont, en résumé, les motivations qui ont amené Augustin Senghor à déposer sa candidature pour la présidence de la Caf.

Le patron du football sénégalais estime avoir été sollicité par un grand nombre de présidents de fédérations pour porter sa candidature au plus haut poste de l’instance dirigeante du football continental. « Je n’ai pas été insensible à cette marque de considération et de confiance de mes pairs africains », a-t-il déclaré, convaincu « que je suis en mesure de répondre aux fortes attentes placées en moi ».

Aujourd’hui, Senghor s’est dit prêt à répondre à l’appel de l’Afrique et de son football pAour un challenge de dimension continentale. Ainsi, il a décidé « d’endosser le manteau du leadership indispensable pour toute équipe qui se veut performante dans la durée ».

Me Augustin Senghor, qui avait pourtant promis de ne jamais postuler si le Malgache Ahmad était candidat, s’est donc lancé dans la course. Il a changé de démarche pour moult raisons.

« J’ai parlé à Anouma et Yahya. Le moment venu, je vais les convaincre à se joindre à moi…»

« Ce qui a changé, c’est les difficultés que traversent la CAF en ce moment. Gouverner, c’est intégrer le risque. Or, il y a une procédure pendante à la commission éthique de la Fifa qui concerne le président Ahmad. Après échange et concertation avec Ahmad lui même, il a été décidé de prendre le minimum de précautions par rapport à ces risques », a expliqué Me Augustin Senghor.

S’agissant de la pléthore de candidatures de l’Afrique de l’ouest, elle s’explique, selon lui, par le fait que la région n’a jamais présidé aux destinées de l’instance du football continental et ce, malgré la vitalité constatée sur le terrain par leurs équipes. Aujourd’hui, a précisé Augustin Senghor, la région a son mot à dire au niveau du management pour changer les choses.

« J’ai parlé à Anouma et Yahya. Le moment venu, je vais les convaincre à se joindre à moi pour changer les choses », a dit Me Senghor qui compte d’abord sur les 16 fédérations de l’ex-zone Ufoa.

Le candidat sénégalais a ainsi promis de dévoiler, dans les prochaines semaines, les axes de son programme qui s’articule autour du credo « Ensemble pour un football africain uni, plus performant et plus attractif », car, soutient-il, « c’est de tout cela que manque notre organisation continentale ». Me Senghor est conscient que c’est un match difficile qui commence, et il compte se donner les moyens de le gagner en rassemblant le maximum de fédérations africaines de football autour de sa candidature.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :